kumi kata 263x166

Eveil Judo

L'éveil judo par son approche ludique développe la motricité, l'équilibre et la concentration de l'enfant tout en s'amusant.

nage waza263x166

Judo Loisir

Pour les judokas qui veulent se dépenser, se maintenir en forme, la pratique du judo loisir c'est l'idéal, rejoignez nous !

competition equipe 263x166

Compétition

Pour ceux qui le souhaite le judo c'est aussi la compétition avec une pratique plus intense et plus ciblée.

attaque au couteau 263x166

Jujitsu Self-défence

Discipline efficace, facile à appréhender, le jujitsu prépare chacun physiquement et mentalement à faire face aux agressions de la vie quotidienne.

Comme pour de nombreux termes japonais, le rituel du Kagami Biraki a des significations ou des traductions différentes, mais l’esprit reste le même. La traduction littérale de « Kagami » est miroir et « Biraki » signifie ouverture mais peut être aussi compris comme la rupture, le passage entre deux situations. C’est pour cela que bien souvent on traduit Kagami Biraki par briser le miroir, ou plutôt ouvrir le miroir.

Le reflet de soi-même« Une légende japonaise raconte l'histoire d'une divinité d’une grande cruauté qui fut rejetée pour cette raison par les autres dieux. Cette divinité partit se réfugier dans une grotte isolée dans laquelle se trouvait par hasard un miroir. Etant désœuvrée et n’ayant que ce miroir, elle commença à s’y regarder puis à réfléchir sur son comportement et ses actions. Cela l’amena à rechercher au plus profond d’elle-même ses motivations (ce que les Grecs anciens formulaient par "Connais-toi toi même" inscrits sur le fronton du Temple d’Apollon à Delphes) et à comprendre ce qui avait entrainé son exclusion du collège des divinités. Après de nombreuses années de réflexion personnelle elle retourna vers les autres dieux, qui remarquèrent alors un grand changement dans son caractère et son comportement et l’admirent à nouveau parmi eux. »

C’est probablement de cette légende que s’inspira le monde des guerriers qui est à l’origine, dès le 15° siècle, de la mise en place du rituel du Kagami Biraki.

Cette cérémonie se déroulait courant janvier, date marquant le passage vers la nouvelle année. Les samouraïs ouvraient alors les coffres qui renfermaient leurs armures, leurs casques et leurs sabres, signes de leur appartenance à la caste des Bushis et les exposaient.

Les femmes préparaient en guise d’offrande, de la bouillie de haricots rouges et des gâteaux de riz appelés Kagami Mochi.

En 1652, elle fut fixée au 11 janvier en l’associant à un autre rite celui du Kura-Biraki : l’ouverture du grenier à riz (nous revenons au sens d’ouvrir et non de briser). Cela indiquait la reprise officielle du travail pour la nouvelle année.

C’est ainsi que s’est institutionnalisée la cérémonie du Kagami-Biraki qui célébrait de façon symbolique le renouveau de la vie, de la victoire de la lumière sur l’ombre, de la naissance et de la renaissance, des premiers frémissements de l’éveil de la nature en cette période de froid et de ténèbres du retour au travail et la reprise des travaux des champs.

Cette cérémonie permettait de formuler les vœux tant pour la vie matérielle (pour que les récoltes des céréales soient abondantes) que pour la vie spirituelle, et enfin pour la société en général en la souhaitant meilleure et plus juste.

L’influence du Bushido (code moral des samouraïs) sur le Judo a amené Maître Jigoro KANO, à instaurer le Kagami Biraki. A cette occasion les vœux étaient formulés.

Jean-Lucien JAZARIN (1900-1982)Jean-Lucien JAZARIN (1900 – 1982), alors Président du Collège des Ceintures Noires, eut la lumineuse idée de mettre en place le premier Kagami Biraki en France en 1964. Cette cérémonie, symbolisant l’ardente obligation pour tous et chacun de venir y participer en ayant réfléchi sur son année passée, ses actions, sa vie en général, celle du Judo en particulier. C’est aussi l’occasion de se projeter résolument dans l’avenir, de penser à de nouveaux projets, de s’engager dans une nouvelle progression.

C’est l’occasion aussi de reconnaître les mérites et d’exprimer gratitude et reconnaissance aux aînés, aux anciens, aux professeurs, aux maîtres, à tous ceux qui ont su transmettre leur savoir, leurs techniques, les principes et les valeurs de notre discipline. Au niveau de la fédération, c’est l’occasion de récompenser les nouveaux gradés à partir du 5ème dan.

En Alsace, la ligue organise généralement le dernier vendredi du mois de janvier, par l’intermédiaire d’un club (Marckolsheim en 2011, Guebwiller en 2012), sa cérémonie des vœux ouverte à tous les licenciés ceinture noire du judo Alsacien. Cette manifestation permet aux judokas en plus de se retrouver, d’honorer les nouveaux gradés (à partir du 3ème dan) et de distinguer sportivement et/ou civilement des femmes et des hommes qui contribuent au développement et à la promotion du judo & ju jitsu en Alsace. Cette cérémonie permet à des licenciés du club recevant de démontrer des katas, d’autres disciplines associées à la FFJDA comme le kendo, le chanbara, l’iado, de faire des démonstrations, et de se faire connaître.

Démonstration du Goshijutsu-no-kata lors de la cérémonie des voeux 2012 à GebwillerDémonstration du Goshinjutsu-no-kata lors de la cérémonie des voeux 2012 à Guebwiller
 

Calendrier saison 2018/19